Chargement

Grand Corps Malade est connu pour le style de musique qu’il met en avant, le slam. De son vrai nom Fabien Marsaud, il est originaire de Saine Saint Denis, département dans lequel il va découvrir son horizon musical. Lorsqu’il avait 20 ans, alors qu’il était animateur dans une colonie de vacances, il fait un plongeon dans une piscine peu profonde et se déplace les vertèbres. Après une année de rééducation il retrouve l’usage de ses jambes. C’est de ce handicap et de sa grande taille qu’est né le nom de Grand Corps Malade. A la fois slameur, auteur compositeur et interprète, il met aussi en avant des talents de poète à l’intérieur de ses slams. Le slam est une poésie parlée et non chantée, sur un rythme lent ou scandé en fonction de l’émotion que souhaite faire partager l’interprète.

L’intensité des textes

Grand Corps Malade met en avant ses textes surtout par l’intensité des paroles qu’ils contiennent. Souvent accompagné d’une musique douce en fond, c’est par son phrasé atypique qu’il nous transmet des émotions. A travers la profondeur de ses textes chacun de nous peut s’y retrouver. Il met en slam des phases de la vie que toute personne est amené à rencontrer au cours de sa vie. Des textes simples et plein d’analyse sur la société actuelle comme dans le slam « éducation nationale » où il met en avant le manque de moyen et la détresse des professeurs face à l’éducation de notre jeunesse. Évoquant souvent des histoires vécues tels les chagrins d’amour, mais aussi son plus bel amour avec le slam « Comme une évidence », véritable déclaration d’amour. Il touche autant un public adolescent, qu’un public plus mature. En se plongeant dans ses textes, on voit que Grand Corps Malade a de nombreux messages à faire passer. Sa vie privée étant peu médiatisée, c’est par ses slams qu’il met en mots ses ressentis et ce qu’il souhaite nous faire connaître de lui.

Son dernier album, « Il nous restera ça »

En 2015, Grand Corps Malade sort son cinquième album. Ce dernier est basé sur un concept particulier puisqu’il réuni onze artistes. Grand Corps Malade leur a demandé de rédiger leur propre texte, la seule consigne donnée est qu’il apparaisse la phrase « Il nous restera ça. » Grand Corps Malade ne pouvait pas imaginer cet album d’artiste sans la présence de Renaud, ce dernier s’est attardé à remettre le Renard sur pied. Pari relevé puisque Renaud compose « Ta batterie » jolie chanson en hommage à son fils. On y retrouve aussi une très belle chanson de Grand Corps Malade qui dans ce slam s’ouvre un peu plus sur sa vie de famille. Intitulé « Pocahontas » il met en poésie un texte imagé, émouvant et profond sur le cycle de la vie. Sur un rythme lent, il expose les différentes phases de la vie. Ses rimes poétiques, son écriture imagée et à double sens permet à chacun d’interpréter et de s’approprier les paroles.

Et pour une fois, enfin quelqu’un qui garde la tête sur les épaules, pas comme vu a cette adresse.

grand-corps-malade-artiste

En haut